08 mai 2008

L'arche du vieux Tag

Dans le magnifique Austeria, Jerzy Kawalerowicz fait passer le souffle de l’Histoire par la rêverie. Entre le réalisme et le fantasmatique, la réflexion sur le réel trouve sa signifiance dans la vigueur de la fiction. « 1914 : le premier jour de la guerre », prévient le carton à la fin du générique, témoignant de ce partage entre précision chronologique et valeur symbolique d’un jour emblématique dans lequel le début traduit et anticipe la fin inexorable. L’argument d’Austeria est somme toute assez simple : nous suivons le... [Lire la suite]
Posté par infernalia à 13:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]