04 mars 2010

Martino, ou le giallo ironique

                Alors que s’apprête à sortir Amer, prétentieux et rébarbatif collage-hommage au giallo, (re)découvrir L’Etrange vice de Mrs Wardh et Toutes les couleurs du vice remet en lumière toute la vraie singularité d’un genre populaire, formaliste s’il en est, mais qui n’oubliait jamais d’être léger et divertissant. Plus encore il est temps de rendre justice à un Sergio Martino trop hâtivement relégué au rang de faiseur ou d’honnête artisan. Pour les quarantenaires, le cinéma... [Lire la suite]
Posté par infernalia à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2007

A la recherche du temps perdu

La reviviscence d'une passion interdite de jeunesse, tel est le thème ce petit chef d'oeuvre encore méconnu qu'est Thérèse et Isabelle de Violette Leduc. Lorsque Radley Metzger l'adapte au cinéma en 1968, il métamorphose ce voyage dans l'empire des sens en une ballade au pays des amours enfouies. Thérèse et Isabelle. Deux prénoms, un titre simple pour raconter une histoire qui ne l'est pas moins, celle de la rencontre de deux collégiennes, de l'amour qui naît entre elles, passionné, charnel et irraisonné. Derrière ce titre, un... [Lire la suite]
Posté par infernalia à 15:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 juin 2007

Les vampires du sentiment

Il était permis de douter depuis quelques années de la capacité de Catherine Breillat à renouveler son univers. Alors qu'on la croyait définitivement égarée dans une étude mortifère de la sexualité qui inclinait à changer l'érotisme en table de dissection, elle nous revient avec une oeuvre sensuelle sur les passions humaines, la faiblesse du corps et du coeur. La sexualité féminine a toujours été le cheval de bataille du cinéma de Catherine Breillat ; en cela, son premier film Une vraie jeune fille, reste... [Lire la suite]
Posté par infernalia à 13:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
15 novembre 2006

Au début était l'innocence sexuelle...

Pascale Ferran transforme un classique de la littérature érotique en hymne à la libération des sens et à la communion des corps. Charnel et précieux. Le classique de D.H. Lawrence a été mainte fois adapté, bien moins pour sa charge métaphorique et thématique que pour le potentiel érotique et provocateur. Si le porno soft réalisé par Just Jaeckin de 1981 satisfaisait l'amateur de nudité photogénique en dévoilant à nouveau pour le plaisir de l'oeil le corps de Sylvia Kristel, soupoudré de pétales de fleurs, il n'allait pas... [Lire la suite]
Posté par infernalia à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2006

Borowczyk ou le goût de la peau

Pour Borowczyk le corps est un temple païen ; il en explore librement les recoins, dans un soucis perpétuel de sublimation. Près de 30 ans après, la beauté provocatrice et surréaliste de ses films trouble et étonne encore. Jadis, « cinéma érotique » signifiait encore quelque chose ; le porno n’avait pas déversé sa laideur vidéo sur les chaînes câblées ; C.Breillat n’avait pas transformé le sexe en cimetière de la chair ;  les cinéphiles pervers que nous étions déjà à 15 ans tentaient d’en paraître plus de... [Lire la suite]
Posté par infernalia à 22:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]